26 octobre 2011

Lettre à France

Il était une fois toi et moi ... 

Tu m'as tout pris. A commencer par ma foi... Comment grandir, comment avoir envie d'avancer pour ne pas avoir la certitude de faire ces efforts pour l'avenir ? Comment avoir foi en l'avenir, quand tu n'es même pas foutue d'assurer une éducation de qualité à nos petits? Comment avoir foi en l'avenir, alors que tu ne garantie pas un emploi à nos diplomés? Comment avoir foi en l'avenir, quand on ne peut même pas le choisir ? Car c'est vrai dans le fond, tu veux toujours dicter au peuple sa conduite, ses rêves, ses aspirations, ses goûts. Tu n'es qu'une garce et tu me donnes envie de vomir, France, quand je vois tout le caca que tu nous ponds. Biensûr tu diras que ce n'étais pas toi, que c'était le nain, ses prédécesseurs, qui t'ont foutu dans la merde. Mais tu les as laissé faire. Oui. 

Ensuite, tu m'as pris mon amour, France. Oui, tu m'as pris l'amour que je portais à l'Homme. Quelle naïve je faisais... Car oui, France, les Hommes qui te compose ne se comporte que comme des moutons, des brebis galeuses. Ils sont en adoration devant le dieu Consomation, et son poto le dieu Pouvoir d'achat. Tu as fait de l'Homme du caca, qui vit à travers ce qu'il achète, plutôt que ce qui l'entoure. Aujourd'hui France, tes Hommes préfèrent l'argent à la santé, à l'amour. C'est donc ça que tu voulais France ? Être la prairie d'un ramassis de merdes ambulantes, qui préfère leur canapé à aider leur prochain ? Qui se foutent de ce que tu fais, tant que tu leurs fourni leurs cammes visuelles et matérielles ? "Pour avoir réussis sa vie, il faut avoir une rolex à 50ans!" Bordel, c'est ça la vie ? UNE MONTRE ?! UNE VOITURE?! UNE MAISON SUR LA CÔTE?! UN IPHONE ?! Tu as fais n'importe quoi de ta progéniture. Par exemple, au lieu d'autoriser les scientifiques à rechercher des solutions avec les moyens dont ils ont besoin, tu les chasses en coupant leur budget et en interdisant certaines pratiques par des lois. Au lieu de tirer nos esprits vers le haut, tu les pousses vers le bas sans vergogne, tu nous abrutis. En même temps, t'es pas conne France, tu sais qu'un peuple débile rime avec un peuple docile. Aujourd'hui, un gamin sera plus fier d'avoir revendu ses devoirs sur facebook que d'avoir aidé une vieille à traverser la route.

Et tu continues à nous bercer avec ton Liberté égalité, fraternité! T'as honte de rien toi ! 

Elle est où ma liberté quand on m'explique que pour vivre, il faut que j'ouvre un compte en banque? Que je m'engage à pleins de choses pour faire des études? Que je n'ai pas la possibilité de me nourrir sans ingérer tes engrais, tes sucres, tes conservateurs ? Elle est où ma liberté quand on m'explique que pour passer mes exams, ou mon permis de conduire, je dois passer une journée avec tes débiles de militaires ? Elle est où, ma liberté, quand j'essaie de m'informer ? Elle est où ma liberté, lorsqu'on me demande mes papiers à la frontière et qu'on me met un doigt dans l'anus plus pour me rabaisser qu'autre chose ? Elle est où, ma liberté, lorsque les flics me chassent du champ où j'ai décidé de passer une nuit un soir d'été ? Elle est où, ma liberté, lorsque j'essaie de me divertir et que tu m'innonde avec ta publicité ? Elle est où, ma liberté, alors que tu me trace, que tu me traque, que tu sais exactement avec qui je baise et quand, et comment, et avec qui je parle, et de quoi ? 

Et l'égalité, vaste blague. Tant que les mêmes trous du cul se partageront ton pouvoir, et celui de tes camarades étrangers, j'veux même pas y penser. Même dans la mort, nous ne sommes pas égaux; par exemple, des connasses comme Amy Winehouse crèvent et font la une pendant des mois, alors qu'on a à peine parlé du décès, quelques années plus tôt, du poête Mano Solo?

Et la fraternité ... Non, j'veux pas que tu continues à dire qu'on est tous frères. Là, vraiment, tu abuses. Parce que quand je vois un mec se les geler, à gratter comme il peut sur sa guitare avec ses doigts écorchés pour pouvoir s'acheter de quoi se caler le bide ou passer une nuit au chaud... Oui, tu laisses des gens crever de fain, et de froid, alors que tu pourrai les faire pioncer ne serait ce que dans le hall de tes administrations qui soit dit en passant, ne sont ouvertes qu'aux heures où personne ne peut y aller ... J'ai franchement le sentiment que tu te fous de ma gueule.

 

Alors c'est fini entre nous, France. Je te trompe avec l'Hélvétie depuis longtemps déjà, et je vais vraiment la rejoindre, et te regarder crever dans la fange que tu as créée.

.321499_10150321902408912_639093911_8088014_1758593897_n

Posté par Putafrange à 21:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Lettre à France

Nouveau commentaire